Un de ces jours-là

Note de l’éditeur : Initialement publié ici à son blogue personnel, cet article a été rédigé par Jessica Versteeg. Elle est un des responsables de Pouvoir de changer à l’Université de Montréal et de l’UQAM. Tu peux la trouver en ligne à son blogue jessversteeg.ca ou sur Facebook.

Ouais. Aujourd’hui c’était un de ces jours-là. Le genre de jour qui commence avec une contravention de 52$ qui ne « fite » pas dans le budget, qui poursuit sa course avec un faible taux d’énergie et beaucoup de difficultés à bien parler le français. Le type de jour qui devient une journée où tu échappes ton iPhone 4 et que l’écran éclate, etc. C’était une de ces journées-là. Une journée où je suis contente de ne pas avoir été voir le médecin parce que c’est sûr que j’aurais entendu le mot « cancer » ou « infertilité » ou quelque chose encore pire que ça.

Alors que je réfléchissais (et pleurais) à propos de ma journée, je me suis rendu compte pourquoi ça me dérangeait tant.

Le but de ce blog et de ma vie en général est de vivre intentionnellement, c’est-à-dire vivre avec un sens. Je ne veux pas rater mon coup à cause que je n’ai pas essayée. Je ne veux pas laisser aller les choses d’elles-mêmes à cause que j’ai trop peur de m’en mêler. D’un autre point de vue, dans un sens tout ça c’est à propos du contrôle. Je tiens à être en contrôle de ma vie.

Lorsque les jours comme celui-ci arrivent, ça devient clair que je ne peux être en contrôle de tout. Je peux espérer, essayer, prier, travailler fort, mais des fois les choses ne fonctionnent pas tel que planifié. Des fois, les choses deviennent hors contrôle, tombent entre les « craques » d’égout de notre vie, et peu-importe combien t’essayes de les empêcher de t’échapper, ça fait juste te faufiler entre les doigts.

Cette semaine, mes collègues et moi-même avons demandés à plusieurs étudiants de première année à UQÀM de quoi ils avaient le plus peur de leur entrée à l’université. Beaucoup d’entre eux ont répondu: l’échec. Beaucoup d’entre eux ont répondu qu’ils avaient peur de ne pas aimer leur programme. Quelques-uns avaient peur d’être seul, d’autres, ceux qui venaient d’en région, craignaient l’immensité de la ville.

Je trouve révélateur de constater à quel point nos peurs en disent grand sur nous-mêmes.

Et si demain serait comme aujourd’hui? Et le surlendemain? Pourquoi pas les prochaines semaines? Après, quoi?

Comment est-ce que quelqu’un fait pour faire face à la vie quand elle ne se tient pas au plan? En continuant notre vie en essayant de ne pas garder de l’amerture? Peut-être pas. Je ne crois pas être compétente à gérer mes déceptions. Si vous demandez à mon mari, il vous dirait que je ne suis pas vraiment bonne à changer d’attitude. Je ne sais juste pas comment arrêter d’être si grincheuse. Donc, comment peut-on « dealer » avec le fait que peu-importe à quel point nous essayons, planifions et même réussissons dans notre vie, il y aura toujours cette accablante réalité que nous n’avons pas le pouvoir d’amener nos vies à être comme nous le voulons?

Ma manière d’avancer malgré tout ça, c’est à travers ma foi en Dieu. Honnêtement, j’étais réticente d’écrire ça dans ce blog parce que je ne veux pas que vous croyez que je vais parler que de ça. Cependant, dans un jour comme celui-ci où tout tourne de travers, il n’y a pas d’autres choses que je peux écrire. Je trouve un réconfort et un espoir dans le fait que même si c’est possible que ma vie reste toujours hors de mon contrôle, je sais qu’elle ne sera jamais hors de Sa main et de Son contrôle.

En finissant, quelques images:

Advertisements
Cette entrée, publiée dans Uncategorized, est marquée , . Mettre ce permalien en signet.

2 réponses à Un de ces jours-là

  1. Luciana dit :

    1. Ton français est vraiment bon, même à l’écrit, wow!
    2. J’adore les images.
    3. C’est encourgeant de savoir qu’il est difficile de mettre tout entre les mains de Dieu, alors que souvent on pense que c’est nous qui sommes « en contrôle » de notre journée.
    4. Merci du partage!

  2. Jess Versteeg dit :

    Merci, Luciana, mais c’était une amie qui la traduit!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s